L’Observatoire des religions

A propos du marché des biens religieux

mardi 13 janvier 2009 par Jacques Lecaillon

L’application de l’analyse économique aux phénomènes religieux suppose au minimum une claire définition du produit proposé par les religions « organisées » et des concepts d’offre et de demande suffisamment précis pour décrire l’équilibre des marchés.

Dans un ouvrage relativement récent [1], Ekelund, Hébert et Tollison rappellent que ces définitions sont rendues malaisées par le fait que les religions s’efforcent de répondre à plusieurs types de besoins offrant ainsi un produit composite. Et ils vont jusqu’à comparer les églises à des sortes de cafétérias : les consommateurs trouvent dans une cafétéria toutes sortes de produits susceptibles de satisfaire leurs besoins de nourriture ; de même, ils trouvent dans les églises toutes sortes de services susceptibles de satisfaire leurs besoins d’ordre spirituel. Or, il est beaucoup plus difficile d’analyser la demande d’un produit composite appelé nourriture, qu’elle soit terrestre ou spirituelle, que celle d’un produit ou d’un service particulier bien identifié. Il est donc indispensable de cerner de plus près le phénomène religieux pour dégager ce qui fait sa spécificité.

Répondre à une crainte existentielle

Pour nos auteurs, le point commun à toutes les religions est de répondre à une crainte existentielle, celle de la mort, et aux questions concernant le sens de la vie humaine. Et il s’agit en effet d’un point fondamental puisqu’il est aussi celui de la philosophie : comme l’indique Luc Ferry [2], « même lorsqu’elle se veut matérialiste, …la philosophie va reprendre à son compte la question de la vie bonne en termes de salut par rapport à la finitude et à la mort… ». Dans cette perspective, la spécificité des religions organisées est double :

- D’une part, elles se proposent d’apporter une réponse à ce besoin existentiel, de fournir une offre face à une demande préexistante, en un mot de recourir à des intermédiaires et de créer un marché ; dans cette perspective, la religion ne peut pas être un phénomène totalement privé ; elle ne le serait que si la « philosophie » de l’existence restait tout entière cantonnée dans un cadre personnel ou familial, autrement dit si « l’activité religieuse » ne relevait que de l’autoconsommation. Mais il est vrai que le phénomène religieux n’est pas obligatoirement « marchand » et que le passage d’une situation à l’autre est toujours un choix possible ; la croyance n’implique pas automatiquement l’appartenance à une église et il peut être utile de séparer ces deux notions.

- Un autre caractère spécifique des religions est de promettre une vie après la mort ; en ce sens, l’adhésion à une religion s’apparente à une sorte d’assurance sur le salut éternel ; toutefois, comme la promesse n’est pas vérifiable en ce monde, que les biens religieux sont des « biens de croyance pure » [3] dont l’efficacité est marquée du sceau de l’incertitude et que l’adhésion à une religion repose finalement sur la confiance, il y a inévitablement place pour plusieurs propositions concurrentes. Dans cette mesure, le marché des biens religieux s’apparente au modèle de la concurrence monopolistique comme on le dira plus loin.

On se propose ici de présenter quelques réflexions sur le fonctionnement de ce type de marché. Rappelons que, dans son principe, un marché est un lieu de confrontation d’une offre et d’une demande où vendeurs et acheteurs décident librement quelle quantité d’un produit ou d’un service ils échangeront et à quel prix au cours d’une période déterminée. Or, les marchés religieux présentent à cet égard des particularités intéressantes.

Jacques Lecaillon est professeur émérite d’économie de l’Université Paris I Panthéon–Sorbonne. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages d’analyse économique.

[1] R.B. Ekelund, R.F. Hébert et R.D. Tollison : The Marketplace of Christianity, The MIT Press, 2006

[2] Luc Ferry : La sagesse des mythes, « Apprendre à vivre 2 », Plon, 2008, p.386

[3] Ph. Simonnot : Le marché de Dieu, Paris, Denoël, 2008, p.15


Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675