L’Observatoire des religions
Essai d’investigation empirique

Islam et développement économique

par Hamdi KHALFAOUI

mercredi 31 mars 2010

Le présent article cherche à démonter si l’Islam, en tant qu’ensemble de croyances religieuses, favorise le développement et la prospérité économique du monde musulman ou il constitue entre autres un facteur de blocage et de pauvreté. Notre étude empirique, portant sur un échantillon de pays arobo-musulmans et musulmans non arabe, conclue qu’en général l’Islam favorise le développement économique. Cependant, les choix de politique économique jugés parfois inappropriés et la structure du système de gouvernance adoptée par certains pays musulmans expliqueraient les causes de leur sous-développement.

This article seeks to dismantle if Islam as a religion affect the behavior and entrepreneurial spirit of Muslims is a factor of development and economic prosperity or impede and poverty. Our empirical study, covering a sample of countries arobo-msulmans and non-Arab Muslims, concluded that in general Islam promotes economic development. However, the politico-economic choices deemed inappropriate and sometimes the structure of governance adopted by some Muslim countries explain the causes of their underdevelopment.

Mots clés : Islam, développements économiques, données de panel

III/ Conclusion :

C’est à travers l’exploration empirique que nous avons choisi de traiter de la corrélation entre Islam et croissance économique afin de "contextualiser" la problématique sans partis pris et sans affirmations hâtives et subjectives.

Le résultat empirique trouvé débouche sur une relation globalement positive entre l’Islam et la croissance économique. Néanmoins le bien être de l’Islam ne peut pas être valorisé dans les pays musulmans où la corruption gouvernementale est largement instauré

Il est donc indispensable de repenser le rôle économique de l’Etat. Ce sont les voies et les orientations politiques qui doivent être différentes. Le cadre réglementaire est garant de l’amélioration du fonctionnement des marchés et des activités des secteurs publique et privé.

Certes, l’Islam ainsi que les autres religions prônent incontestablement le développement économique. Le sous-développement actuel de certains pays Islamiques est du à des facteurs doctrinaux indépendants de l’Islam

L’exemple des quelques pays Islamiques (l’Indonésie, la Malaisie, l’Iran, la Turquie, la Tunisie et le Maroc) qui se trouvent aujourd’hui parmi le staff des pays émergents constitue un argument fort pour innocenter l’Islam du sous développement chronique de certains autres pays Islamiques.

 L’auteur est Aide financier dans une société de carrière à Kairouan (SARL) :  Financier dans une de distribution de caoutchouc à Tunis (SARL)  Membre du laboratoire de recherche "PSDD » à la FSEG- Tunis  Membre du comité d’organisation de la JEMOB  Enseignant à l’ISIG de Kairouan (2002/2003, 2003/2004, 2004/2005 et 2005/2006)

Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675