L’Observatoire des religions

Les dynastes saoudiens et les juifs

mercredi 12 mars 2008

Dans une lettre à la Maison Blanche, sous le règne du président Roosevelt, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Ibn Saoud, roi d’Arabie Saudite, écrit à propos de l’idée d’une rencontre avec Chaïm Weizman, dirigeant sioniste :
« Je veux que le Président sache que nous rencontrons quiconque vient à nous, quelle que soit sa religion, que nous l’accueillons et que faisons tout ce que sa position réclame en matière d’hospitalité. Mais les Juifs sont un cas particulier et le Président doit être au courant de l’inimitié ancienne et récente qui nous oppose. Il suffit de consulter nos livres saints pour s’apercevoir que cette inimitié enracinée dans les temps les plus reculés est éternelle. De là résulte à l’évidence que nous ne saurions assez nous garder de la perfidie juive, que nous ne pouvons discuter de rien avec eux, encore moins ajouter foi à leurs promesses […] :
"Une grande inimitié personnelle existe entre lui [Weizmann] et moi, depuis que et homme m’a fait le criminel affront de me choisir entre tous les Arabes et musulmans pour me souiller de l’infamie qui consisterait à trahir ma religion et mon pays. Ma haine envers lui et tout ce qu’il représente n’en est que plus forte. L’insulte remonte à la première année de cette guerre-ci, quand il manda une personnalité européenne bien connue [il s’agit de l’agent britannique Philby] me demander d’abandonner la question de la Palestine et le camp des droits des Arabes et des Musulmans en « échange de vingt millions de livres, dont le paiement serait garanti par Son Excellence le Président Roosevelt lui-même ».
Le roi Fayçal, son successeur sur le trône saoudien était dans les mêmes dispositions d’esprit si l’on en croit ce récit de Shimon Péres :
« Je n’oublierai jamais la façon dont [Kissinger [1]] a raconté sa première visite en Arabie Saoudite. Nombre de journalistes qui l’accompagnaient étant juifs, il se demanda jusqu’au dernier moment si les Saoudiens les autoriseraient à débarquer [2]. A l’hôtel, tous les membres de l’équipe du Secrétaire reçurent un cadeau personnel : une enveloppe en cuir repoussé contenant les Protocoles des Sages de Sion [3].
"Au coucher du soleil, Kissinger fut introduit auprès du souverain, escorté tout au long de la salle du trône par deux chambellans avec des épées dégainées. « Je vous reçois, déclara le roi Fayçal, non comme un Juif mais comme un être humain qui est secrétaire d’Etat. » A qui Kissinger, selon lui, répondit : « Certains de mes meilleurs amis sont des êtres humains. » Le roi se mit alors en devoir d’expliquer longuement à son hôte comment les Juifs étaient en train de s’emparer du monde, achetant toutes les banques, l’es journaux et même les gouvernements. Il récita une longue liste de ministres des gouvernements occidentaux qui étaient d’origine juive. Les Juifs poursuivaient leur plan élaboré de longue date pour dominer le monde. C’étaient eux qui avaient envoyé Lénine et Trotski mettre la main sur la Russie et l’éloigner de la zone d’influence chrétienne pour la faire passer dans la zone d’influence juive. Désormais, le même danger menaçait les Etats-Unis où leur influence ne cessait de se renforcer. »
Sources .
Philby père et fils. La trahison dans le sang, de Antony Cave Brown, Pygmalion, p. 322
Shimon Péres, Combat pour la paix, Fayard, p. 193.

[1] Lui-même d’origine juive

[2] NDLR : à la même époque (1974), Michel Jobert, ministre fraçais des Affaires étrangères, qui rendait visite lui aussi à l’Arabie Saoudite, eut le même souci et prenant les devants, il « déconseilla » à des journalistes juifs de l’accompagner, ce que se garda bien de faire Kissinger. Il est vrai que le secrétaire d’Etat américain avait plus de poids que le patron du Quai d’Orsay, et pas seulement sur le plan physique, et peut-être aussi davantage de sens de l’honneur.

[3] Faux antisémite avéré, publié au début du siècle, qui prétend dévoiler un plan juif pour dominer le monde


Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675