L’Observatoire des religions

Les Lettres d’El-Amarna

Correspondance diplomatique du pharaon

lundi 4 juin 2007

Traduction de William L. Moran avec la collaboration de V. Haas et G. Wilhelm Traduction française de Dominique Collon et Henri Cazelles Paru en : Mai 1987 [2004] 60,90 € - Disponible - 640 pages Collection « Littérature Ancienne du Proche-Orient » N° 13 Cerf

Les tablettes d’El-Amarna doivent leur nom à la plaine d’El-Amarna sur la rive droite du Nil à environ 300 km au sud du Caire. C’est là que se trouvait la ville d’Akhetaton, capitale de l’ancienne Égypte pendant une brève période au XIVe siècle av. J.-C. Elle fut fondée par Aménophis IV, que l’on connaît aussi sous le nom d’Akhenaton et qui fut l’un des plus célèbres rois égyptiens, renommé pour ses réformes religieuses et appelé également le « roi hérétique » et le « premier monothéiste ». C’est ici, parmi les vestiges anciens, et probablement en 1887, que les paysans découvrirent les tablettes en argile portant une espèce d’écriture et commencèrent des fouilles clandestines.

Collaborations : Henri Cazelles - Dominique Collon - V. Haas - William Lambert Moran - G. Wilhelm


Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675