L’Observatoire des religions

Yves Montenay

Président de l’Institut Culture, Economie et Géopolitique (questions Nord-Sud, pays musulmans)

lundi 13 août 2007

Je vais ici me borner à mon domaine de compétence : les musulmans.
Qu’attendez-vous du nouveau Président de la République française en matière religieuse (budget des cultes, enseignement, presse, législation.. ? Et en matière de sectes ?
Un respect des principes. Intelligent dans la forme (voir plus bas), ce qui implique une bonne connaissance et une ouverture.
Trouvez-vous que le traitement des religions en France a été équitable au cours du dernier quinquennat ? : Équitable ... ? L’État n’a pas à "traiter" les religions, mais, dans le cas de l’islam, des problèmes politiques et d’intégration. La situation étant différente pour les autres religions, l’équité est difficile à définir.
Que pensez-vous de la notion « Islam de France » mise en circulation par le Ministre français de l’Intérieur ? Voudriez-vous d’un christianisme de France, d’un judaïsme de France, etc… ?
Le flou est parfois politiquement utile ... Mais concrètement, et en supposant qu’on puisse en trouver une définition accéptée par tous, il n’ y a pas d’islam DE France possible dans un avenir proche, car l’islam EN France est très différemment vécu d’un individu à l’autre, du salafiste à l’athée qui reste sentimentalement attaché à ses origines, de celui qui est resté Marocain ou Turc à celui qui se sent Français (ce serait le cas de la majorité, même si certains proclament l’inverse). Sans parler de ceux qui sont catalogués musulmans et ne le sont pas ou plus.
Comment situez-vous la France par rapport à ses voisins européens sur ces questions ?
Moins "multiculturaliste", ce qui est une excellente chose. Ou, pour reprendre la formule d’Armatya Sen, moins "multi-monoculturelle".
Autres remarques ?
Il faut une grande franchise sur ce qu’on pense de certains comportements se réclamant de l’islam. Cela pour conforter les courants modernistes et être suivi par l’opinion. Notamment être intransigeant sur la liberté d’information et de religion. Certains gouvernements feront semblant de s’indigner pour plaire aux islamistes, mais cela aura peu de conséquences, car ces gouvernements pensent avant tout que "chacun doit être maître chez soi".
Il faut bien sur y mettre les formes et notamment se situer dans un schéma accepté par tout musulman cultivé. Par exemple : rappeler que l’islam demande aux croyants de respecter la loi du pays de résidence, même si elle est contraire aux textes. Rappeler l’origine chrétienne de tel principe ou attitude, ce qui est bien plus respecté que d’en donner une justification universelle ou laïque (bien sur, marier les deux si cela s’y prête).

Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675