L’Observatoire des religions
La plupart des "experts sociaux" se sont trompés, y compris ceux de la CIA

Le réveil de l’islam est lié à la modernisation

dimanche 5 août 2007

Le réveil de l’islam est lié la modernisation, telle est la thèse surprenante des sociologues américains Rodney Stark et Roger Finke. Certes cette thèse n’est qu’un aspect mineur de leur ouvrage magistral Acts of faith [1], mais elle nous a paru suffisamment importante et surtout suffisamment éclairante pour que nous la mettions en exergue.
Les visiteurs de ce site connaissent bien le premier de ces auteurs [2]
Thèse surprenante, parce que l’on considère couramment que le « revival » islamique s’oppose à la modernité et qu’il est donc réactionnaire, voire régressif. Cette vision des choses, totalement erronée pour nos auteurs, proviendrait de notre croyance dans la sécularisation de la société, croyance qui remonterait au 18e siècle, « Siècle des Lumières », et qui ne reposerait, en fait, sur rien de tangible. Evidemment, faire du réveil islamique un produit de la modernisation change complètement la vision que l’on peut en avoir.
On n’est pas très éloigné du point de vue soutenu par Patrick Haenni [3]
En 1982, Mary Douglas , sociologue bien connue, remarquait que les experts en sciences sociales n’avaient pas prévu la « résurgence de l’islam « et demandait : pourquoi en était-il ainsi ? Ces experts, y compris ceux de la CIA depuis le début ont échoué à anticiper l’énorme vitalité religieuse de l’islam à cause de leur foi dans la sécularisation. Se basant sur le manque apparent de piété des citoyens des nations islamiques ayant reçu une éducation occidentale et anticipant la marche rapide de la modernisation, les experts en déduisaient que la religion ne serait plus un problème et croyaient dur comme fer que l’aiguille de l’horloge ne tournerait pas à l’envers. (248)
Les mêmes préjugés continuent à empêcher de comprendre le réveil islamique actuel – ceci alors que les « fondamentalistes » musulmans peuvent causer des troubles politiques, ils ne poseraient aucun problème basique parce qu’ils sont de simples réactions malheureuses contre la modernité venznt des parties les plus ignorantes et les plus retardées de la population de nations pas très modernisées. Tout ceci est une idiotie.
Certes, les membres de l’élite les plus occidentalisés des sociétés islamiques peuvent avoir été les plus proches de la sécularisation, mais à côté d’eux le soit disant fondamentalisme islamique a tiré ses leaders et une grande partie de son soutien des membres les plus éduqués et les plus privilégiés et ce n’est donc pas un mouvement réactionnaire des « masses » (248).
Les numéros entre parenthèse de ces notes de lectures renvoient à la pagination du livre.

[1] Rodney Stark et Roger Finke,Acts of faith, Explaining the human side of religion, University of California Press, 2000

[2] cf. Le christianisme à l’origine du capitalisme, dans la rubrique Christianisme

[3] cf. L’islam de marché est en marche, dans cette même rubrique


Forum

Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675