L’Observatoire des religions
Un livre posthume de Hans Kelsen

Etre ou devoir-être, telle est la question

samedi 21 juillet 2007

Dans ce livre posthume et inachevé, Hans Kelsen opère la distinction radicale entre les deux modes d’être. D’un côté, la norme posée par un acte de volonté et régissant la société. De l’autre, le domaine de la nature où règne le principe de la causalité

Les traducteurs de la Théorie générale estiment que Kelsen a rompu avec son logicisme antérieur, qu’il a infléchi la Théorie pure sur certains points, sans nous préciser lesquels. Il est incontestable que la Théorie générale apporte des développements beaucoup plus complets, non limités au droit, sur la signification de la norme et sur ses fonctions, sur la validité et l’efficacité des normes, sur les rapports entre norme et langage. Mais que l’un des fondements de la société occidentale, à savoir le droit naturel, soit toujours considéré comme une idéologie imprégnée d’animisme, qu’un autre fondement, l’esprit scientifique, soit rendu à son impuissance en matière de morale ou d’intérêt général, montre bien que le message de Kelsen a été maintenu jusqu’au bout, même après sa mort, dans toute sa force et sa verdeur. Il pourrait bien constituer la critique la plus forte et la plus violente du supposé état de droit que l’on ait faite depuis Marx.

Hans Kelsen, Théorie générale du droit et de l’Etat, suivi de La doctrine du droit naturel et le positivisme juridique, traduit par Béatrice Laroche et Valérie Faure, Introduction de Stanley L. Paulson, Bruylant - L.G.D.G.

Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675