L’Observatoire des religions

De Gaulle a solennellement réhabilité l’antisémitisme

vendredi 6 juin 2008 par Raimond Aron

Quelques mois après la conférence de presse du général de Gaulle du 27 novembre 1967, Raymond Aron publie "De Gaulle, Israel et les juifs" où il exprime son indignation et sa colère.
De Gaulle avait en effet déclaré : "On pouvait se demander, en effet, et on se demandait même chez beaucoup de juifs, si l’implantation de cette communauté sur des terres qui avaient été acquises dans des conditions plus ou moins justifiables et au milieu de peuples arabes qui lui étaient foncièrement hostiles, n’allait pas entraîner d’innombrables, d’interminables frictions et conflits. Certains même redoutaient que les juifs, jusqu’alors dispersés, qui étaient restés ce qu’ils avaient été de tout temps, un peuple d’élite, sûr de lui- même et dominateur, n’en viennent, une fois qu’ils seraient rassemblés, à changer en ambition ardente et conquérante les souhaits très émouvants qu’ils formaient depuis dix-neuf siècles : "L’an prochain à Jérusalem" ».
Aron accuse de Gaulle d’avoir réhabilité l’antisémitisme. En même temps il affirme : "Aucun juif ne doit imposer silence aux antisémites en rappelant le malheur d’hier, si démesuré qu’il ait été". Et de préciser : "Ce n’est pas à nous, juifs, de vanter nos mérites ou de dénoncer ceux qui ne nous aiment pas".
On trouvera en page 8 le texte intégral du passage de la conférence de presse de de Gaulle consacré à Israël.

On oublie le fait majeur qui seul explique la quasi-unanimité des juifs de France : parce que les sympathies de la majorité des Français allaient à Israel , les juifs éprouvaient une joie émerveillée, la réconciliation de leur citoyenneté française et de leur « judaïcité » : en manifestant leur attachement à Israel , ils ne se séparaient pas des Français , ils se mêlaient à eux . C’était trop beau pour durer : eux aussi croyaient au Père Noël.
Un ami, comme moi déjudaïsé, me suggère une issue. Ne faut-il pas attribuer des excès du pro-israélisme , les « manifestations indécentes » aux nouvaux venus, aux juifs partis d’ Afrique du Nord après l’accession des pays du Maghreb à l’indépendance ? Les « assimilés » , eux, n’auraient pas commis ces fautes de tact qui ont, légitimement, irrité le chef de l’Etat . Que cet ami m’excuse : l’argument me fait honte. 34
Sociologue, je ne refuse évidemment pas les distinctions inscrites par des siècles d’ histoire dans la conscience des hommes et des groupes. Je me sens moins éloigné d’un Français antisémite que d’un juif du sud marocain qui ne parle pas d’autre langue que l’arabe et qui sort à peine de ce qui m’apparaît moyen âge ou au mieux obscurité impénétrable des cultures radicalement étrangères.
Cette communauté (juive française) n’existe pas en tant que telle, elle n’a pas d’ organisation , elle ne peut ni ne doit en avoir. 35

Au reste, nombre de juifs ont gardé à l’égard du maréchal Pétain et du gouvernement de Vichy des sentiments ambigus. Des juifs allemands , avant eux, appelaient de leurs voeux un national–socialisme sans antisémitisme. 36

Cela dit, il reste que les juifs de France ont donné pour la première fois l’impression de former une sorte de communauté
Le rôle que jouent les Rothschild ou plus largement les riches dans les organisations juives s’enracine dans un passé séculaire. Les juifs qui dénoncent ou déplorent ce rôle consentiraient-ils à donner leur temps au Consistoire (alors qu’ils ont perdu la foi) ou au Fonds social juif unifié (auquel ils envoient leur contribution par respect humain) ? 37

Je n’ai jamais été sioniste , d’abord et avant tout parce que je ne m’éprouve pas juif . Il m’apparaissait probablement que l’Etat d’ Israel , par son existence même , entraînerait un conflit prolongé. [...] je sais aussi , plus clairement qu’hier, que l’éventualité même de la destruction de l’Etat d’ Israel ( qu’accompagnerait le massacre d’une partie de la population ) me blesse jusqu’au fond de l’âme. En ce sens, j’ai confessé qu’un juif n’atteindrait jamais à la parfaite objectivité quand il s’agit d’ Israel 38

La sécurité de l’Etat juif dépend de la 6e flotte américaine ; non que celle-ci ait combattu les Arabes , mais, par sa présence même , elle a neutralisé la force soviétique. 39

Les juifs se convertirent plus nombreux et avec plus de passion que les non juifs , à la défense d’ Israel ? A coup sûr. Les voici de nouveau « suspects » ? Il se peut. Mais ils assumeront , comme on dit, leur condition de suspects. 41

Aron Raymond, "De Gaulle, Israel et les juifs", Plon , 1968. Les chiffres de ces notes de mectures renvoient à la pagination de l’ouvrage.

Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675